Twilight For Eternity
Bienvenue sur le Forum Twilight For Eternity.
Le forum a réouvert ses portes depuis le 09/11.
Nous recherchons Démetri et Felix Volturi, des modificateurs ainsi que le clan Donovan


RPG sur la saga Twilight
 
AccueilAccueil  TwilightTwilight  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture définitive du forum.
Pour les +18 ans, vous pouvez nous retrouver sur notre nouveau forum : http://nemesis.creer-forums.fr/forum

Partagez  | 
 

 Une après midi au soleil (Bella) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Lun 16 Nov - 23:47

Dès le réveil, ma journée avait commencé sur les chapeaux de roue, j'avais à peine eut le temps de finir de m'habiller, avec bien sûr une robe de soie, qu'Aro était venu me chercher, aujourd'hui il me donnait un petit cours d'histoire sur notre famille. Après lui avoir promis de le rejoindre dans les jardins, où il régnait déjà un magnifique soleil, je pris le temps de me coiffer avec soin. Après tout je faisais partie de la famille royale, je ne pouvais pas me laisser aller, puis je rejoignis Aro, qui c'était installé sur un banc en pierre, à l'ombre bien sûr. Même si les jardins n'avaient aucun vis à vis, la plus part des membres de ma famille préférait de loin rester à l'ombre. Je trouvais ça dommage, ils étaient tous très beau avec leur peau qui scintillait au soleil, moi je n'avais pas cette chance, ma peau restait toujours aussi rosée, la peau d'une humaine.

Le cours d'Aro portait sur les nombreux massacre de notre famille pour protéger notre secret, et contrairement à se qu'on aurait pu penser, je n'étais pas le moins du monde choquer par ce que j'entendais, au contraire j'étais fière. Fière parce que sans les Volturi pour protéger le secret des vampires, peut être que je ne serais pas de ce monde, et notre espèce aurait peut être disparu. J'écoutais avec fascination le récit de mon père adoptif lorsque l'un de nos serviteur approcha, annonçant à Aro qu'il était attendu, levant les yeux au ciel, je remarquais que le soleil était à présent haut dans le ciel, plusieurs heures avaient du passer, mais le temps paraissait filer à une vitesse astronomique. Après avoir embrassé Aro, je le regardais partir tout en restant assise sur le banc, observant le magnifique jardin de notre demeure où seul le bruit de l'eau des fontaines brisait le silence qui c'était installé. Je me demandais bien se que j'allais faire, mais avant, je voulais profiter de ce magnifique temps, et du silence.
Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Jeu 19 Nov - 15:21

    Les premières lueurs du soleil faisaient leur apparition, il était temps pour moi que je rentre, j'avais beau porté la cape des Volturi, celle que nous portions à l'extérieur du Manoir mais mon visage était à nu et je ne voulais en aucun cas attirer l'attention sur moi. J'empruntais le corridor pour me diriger vers mes appartements, les bras chargées de poches de sang humains. Oui, j'avais fais le choix de m'abreuver de sang humain mais pas de la même façon que mes semblables, eux trouver un malin plaisir à faire souffrir leur proie, j'avais déjà tenté de m'alimenter comme eux, mais lorsque j'avais croisé les yeux apeurés de ma victime et au moment de planter mes dents dans sa jugulaire, je m'étais retenue, j'étais dégoûtée à la façon dont j'allais procéder, j'étais un monstre. Je m'étais imaginée ne serait - ce que deux seconde que à la place de cet inconnu savait été mon père, Jacob ou bien même ma Nessie. Je refusai d'être ainsi. J'avais envisagé le régime alimentaire des Cullen seulement je n'étais pas assez forte pour y arriver seule et puis le sang humain était beaucoup plus tentant alors j'avais trouvé une autre solution, je me rendais régulièrement à la morgue, là-bas j'avais un contact qui me fournissait de sang humains.

    Je fus stoppée dans mon élan lorsque je perçus les bribes d'une conversation, Aro s'entretenait avec Gianna, l'hôtesse d'accueil, curiosité oblige, je n'avais pas pu m'empêcher de laisser traîner une oreille, les termes "Bal", "invitation" et "Cullen"avaient utilisé. Je m'interrogeai. Quel point commun pouvait -il avoir entre les Cullen et le bal ? Soudain toutes les pièces du puzzle se rassemblèrent. Chaque année, les Volturi organisaient une grande réception réunissant nos semblables et cette année, il avait décidé d'inviter les Cullen. Cette découverte m'avait frappé de plein fouet, mes jambes s'étaient mise à trembler de façon à ce que si j'avais été encore humaine, j'aurais flanché. Je me précipitai à vitesse vampirique dans ma chambre et m'effondrai au sol. Dans quelques semaines, je les reverrai tous sauf Edward car il avait été banni de Volterra mais c'était sans savoir que Aro avait levé la sentence. Je me retrouverai face à mes propres démons, j'allais devoir me justifier sur les raisons de mon sacrifice. Et Nessie, ils allaient découvrir le secret que je leur cachai depuis 4 ans. Je me relevai et je fermai la porte à double tour, pour le moment, j'avais besoin de m'isoler et de réfléchir. Dans la précipitation, je pris une chaise et me dirigeai vers la bouche d'aération, je défis la grille pour en sortir une boite, puis je regagnai mon lit. J'observai celle - ci et la caressai du bout des doigts un moment avant de me décider à l'ouvrir. Dedans se trouvaient tous mes souvenirs d'humaine, il y avait des photos, l'attrape rêve que m'avait offert Jacob et le plus beau des cadeaux une chaîne avec un pendentif en forme de coeur serti de diamants. Je pris cette derniere et la contemplai longuement tout en me ressassant des souvenirs.

    J'immergeai quelques heures plus tard, la journée était passée si vite sans que je m'en rende compte. Il fallait que je me change les idées et la seule capable de le faire était ma fille. Je n'avais eu aucun soucis pour la trouver, il suffisait que je la flaire. Elle était dos à moi, assise à l'écart sur un banc de pierre, je m'avançai vers elle sans qu'elle ne s'en aperçoive. Arrivée à sa hauteur, je lui déposai un baiser sur le front et pris une grande bouffée de son effluve.


    Comment va ma fille aujourd'hui ? J'ai entendu dire que tu avais pris des cours avec Aro. Ca s'est bien passé ?

    J'avais essayé de reprendre contenance seulement ma fille n'était pas dupe, elle me connaissait par coeur.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Ven 20 Nov - 20:39

Le silence était presque total, seul l'eau venait troubler le silence apparent, se qui était assez amusant lorsque l'on savait que l'on habitait en pleins centre ville de Volterra. J'aimais cet endroit, je m'y trouvais bien, comme dans toute notre demeure, c'était la seule maison que je n'avais jamais connue, et sans doute la seule que je connaîtrais. Ici j'étais une véritable petite princesse, et j'étais au courant de tout ! Ou presque... Depuis quelques temps, les gens se taisaient quand je passais dans les couloirs, comme si ils préparaient un événement donc je devais ignorer jusqu'à son existence. Pour être honnête, je détestais ça ! J'aimais tout diriger dans mon petit monde, rester la princesse des Volturi, la fille de Aro, mais malgré un petit caprice pour obtenir une réponse, je n'avais obtenu qu'un léger sourire de la part de mon père adoptif, ainsi qu'une leçon de moral, comme quoi la curiosité était un vilain défaut. Perdue dans mes pensées, je n'eus pas le temps de me retourner lorsqu'une bourrasque de vent m'amena l'odeur de ma mère qu'elle fut déjà devant moi, posant un baiser sur mon front, se qui ramena ma bonne humeur, perdue à cause des pensées sur ce secret qui m'obsédait. Mais la présence de ma mère arrangeait tout, laissant mes problèmes s'envoler, j'avais pleins de chose à lui raconter, principalement se que j'avais fais ce matin.

"Ca va super bien maman, même si ce matin j'étais en retard, j'ai un peu trop dormi."

Passant mes bras autour du cou de ma mère je me rapprochais d'elle, collant ma tête contre sa poitrine dure et froide, respirant son doux parfum.

"Aro m'a raconté l'histoire de la famille Volturi, et les guerres de territoire sur le continent Américain, c'était super intéressant. La matinée est passée super vite."

Me redressant doucement, j'enlevais une mèche qui encombrait son magnifique visage pâle. Je n'avais pas besoin de lui demander comment elle allait, je le savais déjà. Je restais à l'observer pendant plusieurs longues secondes, pour nous le temps ne passait pas aussi vite que pour les humains, c'était le prix de l'immortalité, et finalement, de ma voix douce et fluide j'annonçais le verdict :

"Toi ça ne va pas ! Qu'est se qu'il se passe maman?"

Je savais que maman était elle aussi tenue à l'écart du secret, peut être était ce une surprise pour nous deux ! Ca serait génial, mais j'avais des doutes, l'excitation envahissait tout le manoir, il y avait autre chose, j'en étais persuadée. Doucement je passais ma main sur la joue de ma mère.

"Tu sais tu peux tout me dire."

J'affichais à présent un sourire radieux, et embrassais doucement ma mère pour lui redonner le moral, je n'aimais pas la voir ainsi c'était déprimant, je préférais de loin son sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mar 24 Nov - 4:01

    Depuis ce fameux jour, où je m'étais sacrifiée pour Edward et Alice, j'avais tout perdu, mes parents, mes amis, et l'homme que j'aimais plus que tout. La seule chose qui me restait c'était mes souvenirs et les quelques présents que j'avais en ma possession. Dans les moments difficiles, comme aujourd'hui, j'avais besoin de ma fille, de la sentir, de la toucher. C'était la seule chose à laquelle, je pouvais me raccrocher. Elle était ma force, ma raison de vivre, c'était grâce à elle si je tenais bon. Alors dès que j'étais triste ou contrariée, il me suffisait de profiter d'un moment de tendresse avec ma fille ou tout simplement de respirer sa joie de vivre pour que tous mes problèmes s'évaporent, tout du moins pour un temps. Si je ne l'avais pas flairé, je me serai doutée qu'elle était ici, tout simplement parce que c'était un de ses endroits préférés, elle aimait venir s'isoler, juste pour écouter les bruits de la nature. Quand je m'étais approchée d'elle, elle n'avait pas été surprise de ma visite. Étant hybride, elle avait la même capacité olfactive que nous et donc elle n'eût aucun mal à percevoir mon odeur. Je m'étais installée à ses côtés et je l'écoutais me narrer sa matinée.

    Chérie ! Si tu as dormi aussi longtemps c'est sûrement que tu en avais besoin.

    Elle avait beau posséder certaines facultés comme les vampires, elle ne restait pas moins humaine pour autant. Elle avait les même besoins physiologiques que les humains, elle dormait, respirait, mangeait néanmoins elle avait le choix sur son régime alimentaire. Je lui tendis les bras pour profiter d'un moment de tendresse, elle ne se fit pas prier passant ses bras autour de mon cou et collant sa tête contre ma poitrine, je resserrai ma prise et apposai mon menton sur le dessus de sa tête.

    Ça devait être très instructif ! Contente de voir que l'histoire te passionne tout autant que la littérature.

    J'étais ravie de la voir aussi enjouée. Elle était vraiment une élève studieuse, elle possédait une capacité intellectuelle très développée pour son jeune âge et tout ce qu'elle entreprenait, elle le réussissait avec beaucoup de facilité. Dès sa naissance, Aro eût un coup de coeur pour ma fille, la considérant comme la sienne, d'ailleurs c'était réciproque, ne connaissant pas son père biologique, elle le considérait comme tel. Je n'appréciais pas qu'elle le voit ainsi car son père était bel et bien en vie, enfin tout du moins, je l'espérais, seulement j'avais été trop égoïste avec Edward et n'avait jamais eu le courage de lui annoncer que je portai son enfant.

    Ma fille se releva pour remettre une de mes mèches rebelles derrière mon oreille. Elle remarqua tout de suite que quelque chose n'allait pas. Elle pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert, je souris à cette pensée car quelques années auparavant c'était ma mère qui le faisait.


    Ne t'inquiètes pas pour ta pauvre mère ! Ce n'est trois fois rien. Tu sais très bien qu'un rien me contrarie.

    Elle voulait savoir mais quoi lui dire ? Je ne me voyais pas lui annoncer d'emblée que Les Volturi organisaient une fête et qu'ils avaient invité ceux qui auraient dû être notre famille si Edward ne m'avait pas quitté. Et que j'allai devoir me justifier sur le choix que j'avais fait quatre ans en arrière.

    C'est juste que Aro organise une fête dans quelques semaines et je déteste toujours autant ce genre de mondanité.

    Je n'aimais pas mentir à ma fille mais je lui avais avoué une demi vérité. Ses prunelles croisèrent les miennes et tout en souriant, elle déposa ses lèvres chaudes sur ma joue, je lui retournai ce baiser tout en passant mes longs doigts dans sa chevelure et j'esquissai un sourire.

    Nessie ! Je voudrais t'offrir quelque chose.

    Et tout en menant le geste à la parole, je glissai ma main libre dans la poche de ma veste, et en sortie un bijou.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mar 24 Nov - 15:22

J'ignorais tout du lourd secret que ma mère portait sur ses épaules, elle m'estimait sans doute trop jeune et trop fragile pour partager son fardeau avec moi. Et pourtant, j'aurais de loin préférer partager sa souffrance plutôt que de rester dans l'ignorance. Je n'avais peut être que quatre ans, mais mon espèce se développait bien plus rapidement que les humains, et pour moi il n'y avait aucun doute j'étais prête à savoir où était mon vrai père, si il existait toujours, et pourquoi nous faisions partis de la famille des Volturi et pas lui. Depuis toujours, ma mère avait différemment du reste de la famille, pour preuve, elle ne se nourrissait jamais comme nous, se contentant du sang en poche plutôt que le délicieux nectar du sang encore chaud. J'aurais aimé lui faire comprendre que la voir souffrir ainsi me faisait mal à moi aussi, mais je ne voulais pas rajouter cette charge sur les épaules de ma mère aimante, aussi je me contentais des explications qu'elle me donnait, même si je savais très bien qu'elles étaient toujours tronquées. En tout cas, elle agissait comme toute les mère que j'avais pu croiser à Volterra en compagnie de leurs enfants, me trouvant toujours des excuses, alors que je trouvais ça impardonnable de dormir autant. C'était du temps de perdu pour accumuler des connaissances, et j'en étais aussi avide que de sang humain.

"Je préférais ne pas dormir comme vous, c'est bien plus pratique !"

Je croisais les bras, faisant mine de bouder, mais c'était impossible de retenir mon sourire tellement j'étais ravie de la voir ici. Nous passions beaucoup de temps ensemble, normal pour une mère et sa fille, mais il était rare que nous soyons seules toutes les deux, comme aujourd'hui. Il faut dire qu'il y avait toujours beaucoup de monde au manoir, rien qu'avec les gardes, et j'attirais beaucoup de curiosité, bien malgré moi. Profitant de l'étreinte avec ma mère, j'écoutais sa voix raisonner dans sa cage thoracique aussi dur et blanche que du marbre royal. Relevant doucement la tête pour observer ma mère avec un sourire, je savais qu'elle était fière de moi, et c'était une récompense sans prix, tout comme la fierté d'Aro.

"Oui très ! Les connaissances d'Aro sont impressionnante, je suis pas prête de lui arriver à la cheville, mais je viens de terminer le livre que tu m'as prêté, tu sais "Les Hauts de Hurlevent" j'ai beaucoup aimé."

Je savais que c'était l'un des livre préféré de ma mère, elle le lisait constamment, et d'ailleurs les pages étaient cornées à force d'être tournée, mais ça n'enlevait rien à la beauté de l'histoire, je venais même à regretter que cette auteur n'eut pas écrit plus de livre.

Lorsque ma mère m'annonça la raison de ses tracas, je devinais immédiatement que ce n'était pas l'entière réalité, une simple fête n'aurait pas pu la mettre dans un état pareil, mais ça ne servait à rien de retourner le couteau dans la plaie, elle me le dirait lorsqu'elle sera prête. Même si j'aurais préféré le savoir immédiatement, je n'avais pas vraiment l'habitude de devoir attendre, et ça m'énervait, mais je pouvais bien prendre sur moi pour elle. D'ailleurs le baiser qu'elle me rendit finit de me convaincre.

"Oh c'est ça qu'ils ne voulaient pas me dire. Moi j'aime bien les fêtes, tu m'aideras à trouver ma tenue ? Je veux être la plus belle, enfin après toi."

Oui parce que si j'étais jolie, je trouvais que je n'avais pas la perfection des vampires, mais c'était sans doute parce que personne n'était réellement contente de se qu'il a. Face à l'annonce de ma mère, je ne retins pas un petit sourire satisfait, j'aimais beaucoup les cadeaux, particulièrement ceux de ma mère, ils étaient toujours parfait, et une fois de plus ça ne loupa pas. Ma mère sortit de sa poche un magnifique petit bijou.

"Il est trop beau ! Merci."
Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Jeu 26 Nov - 14:58

    Comment pouvait-elle ne pas apprécier le fait de dormir ? Si j'avais eu la possibilité de garder une partie de mon humanité, sans hésiter, j'aurais choisi le sommeil, au moins le temps passerai plus vite. Cela faisait maintenant quatre ans que j'étais devenue vampire et j'avais comme l'impression que cela faisait une éternité. Et puis, je devais bien avouer que j'avais adoré les nombreuses nuits passées au côté d'Edward.Sa proximité, ses caresses ma berceuse qu'il me fredonnait inlassablement me manquaient horriblement.

    Plus pratique dans le sens où tu pourrais parfaire tes connaissances. Nessie ! N'oublies pas que tu as l'éternité pour cela !

    Je savais pertinemment que si Nessie avait le choix entre devenir une humaine ou un vampire, elle n'hésiterait pas une seule seconde à choisir la dernière option. Elle se nourrissait déjà comme tel. A cette pensée, mon coeur se serra, j'avais faillit à mon devoir de mère, j'avais fait en sorte qu'elle s'alimente de la même manière que la mienne mais c'était sans compter la ténacité et l'influence d'Aro qu'il avait sur elle. Je n'avais pas été assez forte pour aller à l'encontre de ses principes et je ne pouvais que m'en vouloir.

    Elle m'expliqua que les connaissances d'Aro étaient surprenantes ce que je pouvais confirmer. Elle ne put s'empêcher de se dévaloriser par rapport à lui. Il était de mon devoir de la rassurer.


    Mon ange ! dis-je en relevant de mon doigt son menton afin qu'elle me regarde. Tu oublies que Aro a déjà pratiquement un millénaire d'existence si ce n'est plus. Il est donc normale qu'il soit aussi cultivé. Mais toi ! Ajoutai - je en la pointa du doigt Pour ton jeune âge, je t'assure que tes connaissances sont toutes aussi impressionnantes.

    Connaissant les capacités intellectuelles de ma fille et la facilité à laquelle elle apprenait, je n'avais aucun doute, d'ici quelques années, elle serait aussi cultivée que lui. Par la même occasion, elle m'apprit qu'elle avait terminée mon roman et qu'elle avait adoré.

    Je suis contente de voir que tu as apprécié ce roman. C'est un de mes préférés. Sache que si l'envie te prend, Un tas de livres t'attend dans ma bibliothèque. " Roméo et Juliette " devrait t'intéresser, tout autant que "Orgueil et préjugés. Dis - moi ! As - tu avancé dans tes leçons de piano ?

    Lorsque je lui fis part de mon inquiétude et lui révélai une partie de la vérité. Elle n'eût aucun mal à me montrer son engouement pour cette fête. Elle débita des paroles à une vitesse hallucinante. J'éclatai de rire.

    Oui ne t'inquiètes pas pour ça ! Je t'aiderai à choisir ta tenue et tu seras tellement belle que les convives ne poseront que leurs regards sur toi.

    J'étais certaine qu'elle allait être la plus belle tout simplement car elle avait hérité de la beauté de son père. Mon état vampirique n'avait pas amélioré la chose, je détestais toujours autant le shopping, tout aurait été plus facile si Alice avait été présente, malheureusement ce n'était pas le cas, mais pour ma fille j'étais prête à faire cet effort.

    Il était temps pour moi de lui offrir un cadeau et pas n'importe lequel. Quand je lui présentai le bijou, elle s'exclama et me remercia. Je savais qu'elle aimait quand je lui offrais des présents mais celui - ci était particulier. Je lui fis signe de se retourner afin de lui mettre lorsque cela fut fait je la pris dans mes bras. Puis du bout des doigt, je touchai une dernière fois mon pendentif.

    Chérie ! Je veux que tu le gardes précieusement. Ce bijou a une valeur inestimable à mes yeux. On me l'a offert lorsque j'étais encore humaine. Ça faisait un moment que je voulais te le donner mais tu étais encore trop jeune et je n'étais pas prête à m'en séparer.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Jeu 26 Nov - 23:39

Pour moi, dormir n'était qu'un signe de faiblesse des humains, une perte de temps ! Après tout ça ne servait qu'à récupérer des forces qui seraient constante si j'étais un véritable vampire. Et puis les rêves n'ajoutaient qu'un peu plus de frustrations face à cette activité, à quoi bon rêver si l'on savait très bien que tout se qu'il se passait pendant notre sommeil resterait qu'un simple et futile rêve. Non je préférais faire se que je voulais de ma vie, sans perdre de temps à dormir, mais ça c'était impossible, physiquement je ne pouvais pas survivre plus de 6 jours à cause du métabolisme que je partageais avec les humains. Bien sûr, ma mère me trouvait tout pleins d'excuse, y compris pour me rassurer, mais ça n'avait pas l'effet escompté, j'étais impatiente de pouvoir montrer que je connaissais tant de chose, de montrer que les hybrides pouvaient être supérieur aux vampires, même si ça serait probablement difficile.

"Oui mais j'adore ça ! Je trouve ça tellement valorisant, pas comme les humains qui perdent leur temps devant la télé ou à jouer à des trucs futiles. Je veux impressionner tout le monde par mes connaissance et pas seulement toi."

Avec une petit grimace amusée j'ajoutais :

"Et puis toi tu me trouve toujours parfaite, logique tu es ma mère."

Je me retins de justesse de lui tirer gentiment la langue, ce n'était pas pour la provoquer, je ne tenais pas à la fâcher, juste pour la taquiner un peu. Mais si sur ce coup la je réussis à me contrôler, je laissais échapper un petit rire cristallin. Je ne pouvais m'empêcher de me comparer à mon père adoptif, sans doute parce que je voulais prouver que je méritais d'être sa fille, et que ce n'était pas juste une lubie, pour mon état d'hybride, je n'étais pas un animal de compagnie, et même si Jane pensait le contraire, j'étais bien plus douée qu'elle, et je le prouverais ! Perdue dans mes pensées, j'avais baissée la tête, toujours aussi vexée de ne pas être à la hauteur de mon père, ainsi nous pourrions nous lancer dans des débats intéressants au lieu que l'échange soit régit par ses connaissances qu'il m'offrait. Je sentis la peau froide et lisse de ma mère se glisser sous mon menton et je redressa doucement la tête vers elle, le regard fixé sur ses pupilles rouges. Je savais qu'elle avait raison, mais ce n'était pas se qui allait me soulager...

"Oui mais j'en ai marre d'être la petite... Je voudrais montrer de quoi je suis capable, mais tout le monde souhaite me protéger, Alec m'a même dit que j'étais trop mignonne pour prendre des risques. Pff mignonne, ça fait bien..."

Je paraissais vraiment outrée par les propos d'Alec, même si je savais qu'il n'avait pas dit ça pour m'être désagréable, mais le plus grand prédateur de la planète n'est pas sensé être mignon ! Dangereux, impressionnant, mais pas mignon ! Mais heureusement, j'apprenais vite, et d'ailleurs je dévorais les romans qui se trouvaient dans la bibliothèque, ainsi que ceux que me prêtaient ma mère, c'était même ceux que je préférais.

"Je t'en piquerais un pour ce soir, tu voudras bien qu'on le lise un peu ensemble? Je te laisserais choisir le livre."

Quand le sujet de la leçon de piano fut abordé, je saisis rapidement la main de ma mère, pressée de lui montrer les proprets que j'avais fais. Utiliser mon don était bien plus efficace qu'un long discours pour montrer à ma mère que dans ce domaine là, j'excellais, mais encore une fois, pas assez vite à mon goût. J'étais très exigeante envers moi même, mais c'était pour la bonne cause! Aussi grâce à mon don, je fis défiler les images de mon dernier cours de musique dans l'esprit de ma mère, pour partager avec elle chaque moment, qu'elle ne rate rien de se que j'avais fait avec mon professeur, et surtout aucun de ses compliments.

Ma joie s'intensifia encore lorsque ma mère me promit de m'aider à choisir ma tenue, ça allait être fantastique, et pourtant je savais qu'elle n'aimait pas faire les magasins. Moi au contraire, j'adorais ça, j'aimais être jolie, et ça passait aussi par de très beaux vêtements et de se côté là, j'étais très gâtée.

"Super ! Et on choisira aussi ta tenue ensemble, tu es d'accord?"

Ma mère et moi seront éblouissante au bal, ça ne faisait aucun doute, et j'en étais ravie, voilà une bonne chose de prévue. D'ailleurs ma bonne humeur fut encore renforcée face au cadeau de ma mère. Ce fut avec beaucoup d'attention que j'écoutais la voix de ma mère, et après avoir à mon tour frolé le pendentif des doigts tout en restant dans les bras de ma mère. J'étais touchée et fière de recevoir un cadeau pareil, et j'en prendrais grand soin, c'était pour moi un bien précieux.

"J'y ferais très attention je te le promet, et je ne le quitterais pas ! Il est vraiment trop beau. Merci, merci."

Je me retournais doucement et posa ma tête dans le cou de ma chère mère, profitant du réconfort qu'elle m'offrait.
Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mar 1 Déc - 2:10

    J'écoutais attentivement ma fille et plus je l'écoutais et plus j'avais une appréhension. Elle faisait tellement une fixation là dessus, voulant toujours apprendre mieux et d'avantage, elle n'avait aucune limite, ça en devenait une obsession. J'aurais tant aimé un temps soit peu qu'elle s'épanouisse comme une enfant de son âge, bien sur je parlai de son âge physique, bien qu'elle n'avait que quatre ans, physiquement et intellectuellement, elle en paraissait le triple. J'avais beau lui expliquer qu'elle avait le temps de parfaire ses connaissances et que pour son jeune âge, elle en savait déjà bien plus que certains vampires, elle n'en faisait qu'à sa tête. Si elle avait la possibilité de faire abstraction du sommeil, elle le ferait sans hésiter seulement ça lui était impossible.

    Je ne pouvais m'empêcher de ricaner lorsque je perçus l'image qu'elle se faisait des humains, elle n'avait pas tout à fait tort pour certains. Quand je repensai à mon père qui savait passer son temps libre à la pêche ou bien encore devant la télé à regarder le sport, je trouvai cela d'un ridicule. Moi j'étais plutôt du style à passer mon temps à étudier ou à lire jusqu'au jour où j'avais fait la connaissance d'Edward.


    J'adore l'idée que tu te fais des humains, heureusement ils ne sont pas tous ainsi. D'ailleurs je peux t'assurer que certains vampires ne sont pas loin non plus.

    Un instant, j'avais pensé à Emmett, il était loin d'être bête mais en plus de son passe temps favori qui n'était autre que Rosalie, pas besoin de faire un dessin pour savoir ce qu'ils faisaient, il aimait passé son temps devant un match de base-ball, jouer à la console ou tout simplement à faire des parties de catch avec ses frères. A cette pensée, je ne pus que sourire, ils me manquaient tous même Rosalie avec qui je n'avais jamais eu d'affinités.

    Comme elle le disait je la trouvais parfaite, ce qui était normale, j'étais sa mère. Qui ne penserait pas ça de sa progéniture ? Elle était belle, tout ce qu'elle touchait elle le transformait en or, elle apprenait à une vitesse incroyable. Il est vrai que je n'étais peut-être pas objective mais je n'étais pas la seule à le penser.


    Chérie ! Tu es douée et je ne suis pas la seule à le penser. Aro me la confirmait lui même. Je sais que tu es impatiente de montrer tes capacités et tu en auras bientôt l'occasion et pourquoi pas à cette fameuse soirée.

    Il était temps que nous arrêtions de débattre à ce sujet là car la connaissant et me connaissant, je savais pertinemment qu'on aurait pu le faire encore pendant de longues heures, restant chacun sur nos positions.

    Enfin bref, Tu sais très bien que le sommeil est vitale pour ta condition et je trouve que tu passes déjà assez de temps dans la journée à étudier. Le débat est clôt. Ne revenons pas là dessus.

    Nous avions dévié sur un tout autre sujet plus particulièrement la littérature, nous étions toutes les deux passionnées par cette matière. Au moins un sujet où on était sur de s'entendre même si quelques fois nos point de vue divergeaient. C'était toujours intéressant de connaître l'avis de l'autre. Régulièrement, elle m'empruntait mes oeuvres préférées dans ma bibliothèque personnelle que j'avais réussi à constituer depuis mon arrivée à Volterra, bien sur j'en possédais déjà quelques unes de ma vie d'humaine mais la collection que je détenais maintenant était toutes des oeuvres rarissimes et des exemplaires uniques. Elle m'avait demandé pour que ce soir, nous consacrions un moment ensemble pour lire une des mes oeuvres précisant aussi que je pouvais la choisir. Je ne pouvais pas lui refuser et elle le savait encore plus quand elle me faisait sa petite moue.

    Ca serait un plaisir de partager ce moment avec toi. Pour l'oeuvre...à toi l'honneur. Je les connais déjà toutes. Néanmoins je peux te conseiller.

    Lorsque je l'avais interrogé sur ses leçons de piano, elle voulait me montrer son avancée et quoi de mieux que par son don. De ce fait, elle prit ma main, et fit défiler l'ensemble de ses leçons, ses différents progrès, la facilité avec laquelle elle arrivait à jouer. Elle était précise, concentrée. Elle me révéla aussi les nombreuses éloges de son professeur. C'était une vraie passionnée comme son père. Je ne regrettai pas d'avoir insister à ce qu'elle prenne des cours. Elle me rendait encore plus fière d'elle.

    Tu es un petit prodige. Je sais de qui tu tiens cela. Tu es aussi douée que ton père.

    C'était sortie tout seul, d'habitude je pesais mes mots de façon à ne pas parler de lui. Elle savait que très peu de chose à son sujet. J'étais quelques peu irritée d'avoir céder mais ça devenait de plus en plus dure de lui cacher. Je la savais curieuse et je savais qu'un jour ou l'autre, elle me m'interrogerait à son sujet. Toutefois, je détournais la conversation sur cette fameuse soirée. Elle était tellement enjouée à cette nouvelle qu'elle me demanda pour l'aider à choisir sa robe et j'avais accepté. Connaissant mon aversion pour cette activité, elle se doutait que je faisais un effort pour elle. Elle avait même ajouté que nous pourrions choisir ma tenue ensemble et j'avais acquiescé en souriant.

    Lorsque je lui offris ce présent, le bijou que Edward m'avait offert à mon dix huitième anniversaire, je m'étais lancée dans un monologue lui rappelant la valeur qui l'avait à mes yeux et lui demandant d'en prendre grand soin. Ce qu'elle accepta d'ailleurs je n'en doutais pas une seule seconde. Elle me remercia derechef et se blottit dans mes bras, enfouissant sa tête dans mon cou. Ca m'étonnait qu'elle n'essayait pas d'en savoir plus sur ce cadeau ou tout simplement elle attendait que je me décide à le faire. J'avais qu'une envie c'était de me libérer de tout ce poids qui ne me quittait pas depuis maintenant quatre ans. Tout en inspirant, une dernière fois et en passant mes doigts dans la chevelure de ma fille, je me délivrai peu à peu.


    Tu ne te demandes pas pourquoi il a autant d'importance ?

    [Désolé pour l'attente]



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mar 1 Déc - 16:17

Je ne côtoyais que très rarement les humains, en dehors de nos serviteurs, bien sûr, mais je ne discutais pas avec eux. Pour moi, ils n'étaient qu'un vulgaire quatre heure, et qui plus est d'un banal monstre. La plus part des humains que je voyais vivre à Volterra ne semblaient pas avoir de but précis, ils semblaient coincé dans un monde sans intérêt où seul le loisir avait une place, et non l'intellect. Autant dire que pour moi, tout ceci était une véritable insulte, alors que je trouvais manquer constamment de temps pour étudier. Décidément, je n'avais pas la moindre envie de côtoyer les humains, ça serait pour moi une perte de temps. En faite la seule humaine qui trouvait grâce à mes yeux, c'était celle qu'avait pu être ma mère avait, rien que le faite de percer à jour l'existence des vampires était la preuve d'une intelligence et d'une curiosité supérieur. Et puis de toute façon, c'était ma mère, elle était donc forcément parfaite. Car si les parents idéalisent leurs enfants, c'est aussi le cas des enfants qui pensent que leurs parents sont parfait. Enfin pour ma part ça ne concernait que ma mère, étant donné que je ne connaissais rien de mon père, et que je ne voulais pas faire de mal à ma petite maman, aussi j'évitais ce sujet, même si bien souvent, il me brûlait les lèvres. Je soulevais doucement mes sourcils face à la remarque de ma mère, je ne voyais vraiment pas un vampire regarder la télé ! A quoi bon? D'ailleurs c'était le genre de chose que l'on ne trouvait pas dans le manoir, il y avait bien plus intéressant à faire que de s'abrutir devant cette invention inutile.

"Non? Qu'est ce qu'un vampire ferait devant une télévision? C'est totalement futile !"


A présent, j'avais les sourcils légèrement fronçés, essayant de voir si ma mère se moquait de moi, mais je revins bien vite à l'évidence, elle ne ferait jamais ça ! Je me demandais bien d'où elle connaissait un vampire pareil, tout en sachant très bien que ça ne venait pas de Volterra, ici tout le monde était fier de se qu'il était et ne s'abaisserait pas à de vulgaire activité humaine. Soudain, un frisson me parcourut le dos, je compris qu'elle parlait probablement des vampires qu'elle avait connu avant sa transformation et donc probablement de mon géniteur ou de son entourage. Aussi ne voulant pas blessé ma mère, je me retins de faire tout autre commentaire, même si l'envie me brûlait les lèvres. J'avais envie de savoir d'où il venait, qui il était, parce que même si je considérais Aro comme mon père, ça n'effaçait pas le désir de connaître mes origines. Mais je savais que chaque fois que j'abordais le sujet, ma mère en souffrait, aussi je prenais sur moi pour ne pas la faire souffrir.

"Je ne vois pas trop se que je pourrais faire à cette soirée, mis à part discuter avec les invités. Enfin je ne sais pas comment va se dérouler cette fête, Aro à l'air de préparer quelque chose d'énorme, bien plus que les autres fois."

Tout ça m'intriguais, et étant de nature curieuse, j'avais du mal à supporter ce manque d'information. Après tout il était plutôt rare que l'on me cache quelque chose ici, alors quand c'était le cas j'avais la désagréable impression d'être punie sans raison. Il fallait que j'en apprenne plus, mais plus tard, pour le moment je voulais profiter de ce moment avec ma mère. Lorsque ma mère m'annonça que le sujet sur le sommeil était clos, je soupirais légèrement, mais ne renchéris pas, je savais très bien que c'était peine perdue. Et puis de toute façon, comme toute petite fille bien élevée, j'obéissais à mes parents, même si parfois ça me coûtais. En tout cas elle réussit à ramener un sourire sur mon visage en m'annonçant qu'elle était d'accord pour passer du temps avec moi avant que je ne m'endorme. A mon goût, c'était toujours plus intéressant de pouvoir partager un instant de lecture avec une personne que l'on aimait plutôt que d'être seule. Me pinçant délicatement les lèvres, j'essayais de me remémorer tous les livres que possédaient ma mère afin de faire un choix en avance pour ne pas perdre de temps ce soir. Mais vu le nombre d'ouvrage qu'elle possédait, c'était quasiment impossible, aussi j'abandonnais reposant mon regard chocolat sur les prunelles rouges de ma mère :


"Et bien nous verrons ça ce soir."

Ensuite je fis défiler avec fierté les leçons de piano dans l'esprit de ma mère. Utiliser mon don de façon aussi précise me demandait beaucoup de concentration, surtout que je ne voulais pas qu'elle en loupe une miette. Puis lorsque j'eus terminé, j'affichais un sourire satisfait, enfin jusqu'au compliment de ma mère qui me tira une petite grimace que je dissimulais aussitôt dans un sourire. C'était l'une des rare fois que ma mère me parlait de mon père, se qui ravivait la flamme de ma curiosité, je dus même me retenir de poser une question qui me tenait à coeur. Au moins je savais la raison qui avait poussé ma mère à me faire prendre des leçons de piano malgré quelques petites protestations au début. Et puis finalement, ça me plaisait bien à moi aussi.

Je sentis les doigts frais de ma mère glisser dans mes cheveux, et sa douce voix raisonna doucement à mes oreilles. Cette question, je ne l'attendais plus, et je n'avais surtout pas essayé de la poser pour ne pas mettre ma mère dans une situation délicate qui l'aurait sans doute fait souffrir.


"En faite, je n'étais pas sûre que tu voulais en parler. Mais si tu veux bien, j'aimerais bien savoir pourquoi."
Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mar 8 Déc - 2:49

    Les seuls vampires susceptibles de se comporter comme des être humains, il n'y en avait pas des masses. Les seuls que je connaissais étaient La Famille Cullen, j'avais aussi entendu parler des Denali mais je ne savais que très peu de chose à leur sujet, j'avais fait la connaissance de Katrina mais c'était bien avant que j'en apprenne plus sur la véritable identité de Edward et sa famille. Ils étaient tout à fait différents de nous, déjà ils se nourrissaient de sang animalier d'où le terme de vampires végétariens. Ils avaient une particularité, les yeux de couleurs ambrés beaucoup plus plaisant que les prunelles rouges carmin que nous possédions. J'avais eu la chance de côtoyer quelques mois Les cullen et c'était hallucinant de voir la façon dont ils savaient se faire passer pour des humains, ils faisaient pratiquement tout comme eux sauf manger et dormir, d'ailleurs quand nous allions à la villa, jamais nous aurions pu deviner qu'une bande de sept vampires vivaient là. Les parents travaillaient tous les deux Esmée était décoratrice d'intérieur et Carlisle était médecin en chef à l'hôpital de la ville, je ne pouvais que l'envier, je m'interrogeai encore à savoir comment il faisait pour garder une telle maîtrise face au sang humain mais cela lui avait fallut des années de pratique. Edward et ses frères et soeurs n'avaient aucun soucis, ils fréquentaient le lycée de Forks, on les voyaient même à l'heure du midi au réfectoire, bien sur à l'écart des autres lycéens, ils n'étaient pas très appréciés des autres élèves, les voyant toujours ensemble, l'ensemble du lycée avait conclut qu'ils faisaient partie d'une secte. J'avais été la seule humaine à découvrir leur secret et à les fréquenter. Quand j'avais fait allusion devant Nessie que certains vampires n'étaient pas mieux que les humains, je savais que j'avais piquer sa curiosité et la question fusa aussi vite.

    Aro a dû sûrement t'expliquer qu'il existait des vampires végétariens ? J'en ai fréquenté pendant ma courte vie d'humaine et mise à part qu'ils ne dormaient pas et mangeaient différemment de nous, jamais au grand jamais tu aurais pu te douter qu'ils étaient différents. Ils se comportaient comme tel. Ils allaient en cours ou travaillaient pour certains, leur habitation était meublée comme tout être humain. Ils regardaient la télévision surtout le sport, ils s'amusaient au catch ou bien encore au Base-ball et bien d'autre encore...

    A ce souvenir, je me pus m'empêcher de sourire, je me remémorai la fois où Edward m'avait emmené assister à une de leur partie de base-ball, ça avait été très impressionnant de les voir jouer pendant un orage car chaque frappe et ou percussion provoquait un bruit assourdissant semblable à un coup de tonnerre, malheureusement celle - ci avait été de courte durée puisque l'arrivée de James et ses acolytes avait mis fin à la partie. J'observai ma fille et le froncement de ses sourcils, elle devait certainement se demander si j'étais sérieuse mais devant mon regard impassible et elle savait pertinemment que je ne lui mentirai pas. Je voyais bien qu'elle aurait aimé en savoir davantage mais elle se retint parce qu'elle savait très bien que me replonger dans ces souvenirs allait me peiner.


    Quand nous avions abordé le sujet de la réception, je voyais bien qu'elle était contrariée. D'habitude, nous étions au courant du moindre évènement mais ce n'était pas le cas cette fois - ci. Je soupçonnais Aro, il avait quelque chose derrière la tête et je savais que ça avait un rapport avec Les Cullen. Pourquoi les inviter maintenant alors qu'il aurait pu le faire les années précédentes ? J'appréhendais quelque peu cette soirée même s'il y avait de forte chance qu'ils refusent l'invitation puisque Edward était banni de Volterra.

    Aro va présenter son petit prodige à l'ensemble des invités, tu auras l'occasion de faire connaissance avec des vampires venus des quatre coins du monde et il te demandera sûrement de jouer du piano devant l'assemblée pour leur en mettre plein la vue et leur montrer que tu es unique. Il doit avoir aussi d'autre motivation malheureusement je ne les connais pas.

    En fait si j'avais une vague idée, Aro pouvait par moment être sadique et je savais très bien de quoi il était capable. Je savais très bien que présenter ma fille aux Cullen, ils n'auront aucun mal à faire le rapprochement entre Nessie et Edward, tellement la ressemblance était frappante. Ceci ne resterait pas sans conséquence, ils seraient tout d'abord affectés que je puisse leur cacher une chose pareille et bien assez tard Edward sera au courant et n'hésitera pas une seconde à revenir pour provoquer les Volturi. Ca avait déjà été assez dure, de le laisser partir, il y a quatre ans auparavant, je ne savais pas comment je m'y étais prise, moi qui était une piètre menteuse, j'avais réussi à le persuader que je n'éprouvais plus rien pour lui. Mes paroles avaient été aussi dures que les siennes quelques semaines plutôt.

    Je ne voulais pas embêter ma fille avec ces problèmes, j'étais venu la voir pour me changer les idées et non pour m'apitoyer sur mon sort. Nous avions dévié la conversation sur ses cours de piano et j'avais fait référence pour la première fois à son père, les mots m'avaient échappés. J'avais cru décelé une petite étincelle dans ses iris mais celle - ci s'éteignit bien vite lorsqu'elle remarqua que je regrettais d'avoir parler ainsi. J'avais été très exigeante là dessus et je ne voulais en aucun cas qu'une personne autre que moi lui parle de son géniteur seulement je n'avais jamais trouver le courage. Il était peut-être temps que cela change, je devais prendre sur moi et même si cela me faisait mal , j'étais prête à lui en dire un peu plus à son sujet. Ce fut ainsi quand lui offrant, le collier avec le pendentif, j'avais engagé la conversation en lui faisant part de mon étonnement qu'elle n'essayait pas d'en savoir plus sur celui - ci. Elle se doutait bien que ce présent avait un rapport avec son père et elle n'avait pas osé aborder le sujet parce qu'elle savait très bien qu'en général, je fuyais.


    Comme je te l'ai précisé tout à l'heure, je l'ai eu lors de mon dix-huitième anniversaire par une personne qui a énormément compter pour moi. Ce fût l'un des derniers cadeaux que l'on m'ait offert enfin tout du moins qui est autant d'importance à mes yeux. Cette personne n'est autre que...que ton père. Ce cadeau était soit disant une preuve de son amour pour moi.

    Ce fut ainsi que je me laissai aller à la confidence, c'était dure mais je m'en sortais bien pour le moment. Je voulais lui laisser l'occasion de me questionner.

    Je sais que tu t'interroges énormément sur l'identité de ton père et que j'ai toujours refusé d'aborder le sujet. Mais aujourd'hui, j'ai décidé de t'en dire un peu plus, enfin tout du moins, je vais essayer. Alors vas - y ! Poses - moi les questions ! Je verrai si j'en suis capable.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Mer 9 Déc - 0:59

Je n'arrivais pas à m'imaginer l'intérêt que pourrait avoir des vampires à agir comme des humains, après tout pour moi c'était se rabaisser à un mode de vie inférieur. Pour moi, les vampires étaient bien supérieur aux humains, justement grâce à leurs recherches de la connaissance et de la perfection, mais en entendant ma mère dire qu'elle connaissait des vampires agissant comme des humains me forçait à remettre en cause des choses que je pensais comme acquise. Il y avait pourtant eut beaucoup de vampires qui avait défilé à Volterra pour voir ma famille, considéré comme une famille royale, et malgré ça, je n'avais jamais vu personne se plaindre de l'absence de télévision, de jeux vidéos ou d'autres objets tout aussi futile. Non nous avions des livres, qui étaient pour moi, des portes vers la connaissance. J'aimais lire, et j'y trouvais une satisfaction, à chaque lecture, je devenais un peu plus cultivée, se qui me permettait de merveilleuses conversations avec les membres de ma famille, particulièrement Aro qui était sans doute la personne la plus cultivé que je connaissais. Mon père adoptif m'apprenait tout se que je ne pouvais trouver dans les livres, ma mère aussi d'ailleurs, même si ce n'était pas la même chose. Non ma mère m'apprenait tout se qui était sentiment, notamment de ne pas traîter les humains comme de vulgaires morceaux de viande comme le faisait Jane ou Alec, et pourtant c'était difficile pour moi. J'avais du mal à comprendre pourquoi ma mère était révolté par notre mode de vie, et pourquoi elle buvait de sang obtenu à la morgue. Je n'imaginais pas me nourir comme elle, ça ne semblait pas du tout appétissant, mais pour ne pas la faire souffrir, je faisais des effort, en particulier pour ne pas parler de mes repas, et surtout ne jamais manger devant elle. C'était devenu des habitudes.

Bien sûr, Aro m'avait expliquer qu'il y avait des vampires végétariens, il m'avait même affirmé qu'il s'agissait de personne voyant le mal dans notre vraie nature et qu'ils n'acceptaient pas du don de l'immortalité qui leur avait été fait, et qu'ils essayaient de ressembler aux humains, alors autant dire que non ça ne me plaisait pas du tout. Face au récit de ma mère, je fronçais légèrement les sourcils, ne sachant que trop bien que ma mère ne me parlait que très rarement de sa vie antérieur, la journée était donc très particulière. Cependant je ne pouvais pas m'empêcher de me demander si elle me mentait ou non, mais il était clair que ce n'était pas le cas, ma mère ne m'avait jamais mentit et je savais qu'elle ne commencera pas aujourd'hui. Mais tout ça, c'était tellement invraisemblable ! Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi ils agiraient comme ça, et encore moins leur intérêt à faire ça ! J'aurais aimé les rencontrer, leur demander pourquoi il refusait leur vraie nature, pourquoi ils voulaient être entouré d'humains qui ne pourraient jamais les comprendre. D'ailleurs ils prenaient un risque inutile d'être découvert et de trahir notre secret, la preuve, ma mère avait réussit à comprendre l'existence des vampires de son vivant.

"Mais je ne comprends pas, ça sert à quoi d'agir comme ça? A quoi bon avoir une cuisine si elle ne sert jamais? Pourquoi regarder la télé, surtout du sport pour voir la médiocrité des performances humaines? C'est insensé."

Oui parce que les hommes étaient loin d'arriver à la cheville des vampires, question force, rapidité, ou le développement des sens. Moi même j'avais hérité des capacités exceptionnelles des vampires, et heureusement, je n'aurais pas aimer être faible comme les hommes. Cependant le sourire de ma mère me prouvait qu'elle associait ces vampires à de bons souvenirs, et sans doute à mon père, mais je ne comprenais pas mon père serait un vampire végétarien? Alors que faisions nous ici avec ma mère? Nous avait il abandonné? Je détestais me poser autant de questions en sachant que je n'obtiendrais aucune réponse, mais c'était tellement naturel, tout le monde voulait savoir d'où il venait, et moi je restais dans la pénombre. Heureusement, le plaisir que me procurait cette fête qui approchait chassa légèrement toutes ces questions qui envahissait ma tête. Et puis le fait de savoir que je serais la petite star de la soirée ne faisait qu'augmenter mon impatience, j'aimais montrer mes capacités, particulièrement parce que j'étais douée.


"Oh je vais redoubler mes efforts pour être parfaite alors. Tu crois que je pourrais réellemer jouer un morceau devant tout le monde? Ca va être exceptionnel, je suis ravie. Mais je me demande se que Aro nous cache, c'est la première fois qu'il me cache quelque chose pareil, je n'aime pas ça, maintenant je suis trop impatiente."

Je ne voyais absolument pas se que pouvait nous cacher Aro, simplement parce que je n'avais pas entre mes mains les connaissances nécessaire pour réussir à comprendre l'initiative d'Aro, et il était sûr qu'il les garderait secret aussi longtemps qu'il le pourrait. Je ne comprenais absolument pas pourquoi, après tout il ne m'avait rien caché, et je ne voyais pas se que ça pouvait me faire, après tout il était comme mon père, et je serais sans doute parfaitement d'accord avec lui. Enfin je découvrirais bien se qu'il me cachait durant cette soirée, mais pour moi, c'était comme attendre une éternité, c'était très désagréable de pas tout savoir lorsque l'on était habitué à tout savoir. Je détestais ça, mais je savais très bien que je n'arriverais pas à faire plier Aro, il était inflexible lorsqu'il tenait à garder un secret.

Lorsque ma mère se mit à me parler de l'origine du collier qu'elle m'avait offert, je l'écoutais religieusement, j'étais tellement heureuse de savoir un peu plus sur mes origines et sur la vie de ma mère avant ma naissance que je n'aurais rien laisser l'interrompre. Lorsqu'elle m'autorisa à lui pauser des question sur mon père, je fis de gros yeux, tellement surprise par cette soudaine ouverture sur un sujet si longtemps tabou. Je pris quelques secondes de réflexion avant de me lancer.


"Vous vous êtes rencontré comment? Pourquoi tu as été vers lui?"

Je fis une pause, sentant mon coeur se pincer légèrement face à cette question qui m'avait torturé très longtemps.

"Qui est il?"

Trois petites questions qui recoupaient pourtant un sujet si vaste, je voulais trop savoir, et sans doute un peu trop vite, ma mère ne pourrait pas répondre à tout ça aussi vite que je l'aurais voulu, mais la patience n'était décidément pas mon fort.


Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Sam 19 Déc - 3:47

    Je pouvais tout à fait comprendre la réaction de Renesmée face à ce que je lui narrais à propos des vampires végétariens, elle trouvait cela insensée et c'était tout à fait normal. Ce n'était certainement pas ici, que nous aurions pu trouver des téléviseurs ou des équipements à la pointe de la technologie surtout si ceux-ci n'apportaient pas un minimum de connaissance. Elle n'aurait pas pu réagir autrement puisqu'elle n'avait pas eu la chance de connaître d'autres vampires mise à part les volturi. Ces derniers étaient fiers d'être ce qu'ils étaient et de pouvoir vivre éternellement et prenaient un malin plaisir à se nourrir du sang humain, C'étaient leurs activités favorites. Aro et ses frères occupaient, leur temps entre le plaisir charnel ou parfaire leurs connaissances. D'ailleurs les trois rois, ils étaient considérés comme tel par la majorité des vampires et leurs femmes ne sortaient pratiquement jamais en dehors du manoir, ils profitaient que des jardins privés. Ils se tenaient informés des évènements par les différents vampires venant leur rendre visite ou tout simplement par leurs sbires qui partaient en mission. Les seules fois où ils s'étaient donnés la peine d'aller à l'extérieur de Volterra, c'étaient pour de longs déplacements qu'ils jugeaient utiles et la plupart du temps c'était en supériorité numérique, toute la garde royale était conviée. A volterra, ils avaient très peu de contact avec les humains, à quelques exceptions près, ceux qui travaillaient pour eux mais en général dès qu'ils n'avaient plus besoin de leur service, on savait très bien comment ça se terminait pour eux. Comment faisaient-ils pour se nourrir, s'ils ne sortaient jamais, cette tâche revenait à Heïdi, grâce à son don de persuasion, elle n'avait aucun mal à persuader les humains à venir visiter le manoir de Volterra leur faisant croire que c'était un des sites historiques le plus visité malheureusement à partir du moment où ils franchissaient l'entrée, ils étaient devenus des proies.

    A mes débuts, j'avais assisté une fois à un de leurs repas, oui parce qu'il faut préciser qu'en général, tout le clan Volturi était présent. Je désapprouvais leur méthode, c'était une vraie boucherie jamais je n'avais vu de chose aussi monstrueuse et ce qui me faisait encore plus mal c'est que ma fille éprouvait du plaisir à se nourrir comme eux. Je lui avais laissé le choix, même si on plus profond de moi, j'avais espéré qu'elle poursuive la même alimentation que moi, mais c'était sans compter sur Aro qui avait réussi à être convaincant là où moi j'avais échoué. Renesmée ne comprenait pas l'intérêt qu'ils avaient à se comporter ainsi.


    Ne va pas croire non plus qu'ils passaient leurs temps devant la télé, ils sont tout aussi cultivés que toi et moi voir bien plus. Seulement, ils ont fait le choix de vivre près des humains et de se nourrir de sang d'animaux et c'est tout à leur honneur. Pour moi, il n'y a aucun doute, ils ont gardé une part de leur humanité pour être ainsi. Je sais que c'est assez risqué la façon dont ils vivent car ils auraient pu être découvert mais ça n'a jamais été le cas sauf avec moi.

    Par moment, je ne pouvais que m'imaginer ce qu'aurait pu être notre vie auprès des Cullens, si j'avais eu le courage d'annoncer à Edward que j'attendais son enfant et encore il aurait fallu qu'il accepte le fait que je sois enceinte. Déjà, nous serions des vampires végétariens, ensuite, Alice et Rosalie l'auraient emmenée régulièrement à des virées shopping, elles se seraient amusées à jouer à la poupée avec elle en lui prodiguant des séances de maquillages ou de coiffure comme le faisait Alice avec moi. Esmée lui aurait transmit la passion pour la décoration et lui aurait donné autant d'amour qu'une mère. Carlisle et Jasper aurait pu l'aider à approfondir ses connaissances. Edward lui aurait enseigné le piano et beaucoup d'autres choses et Emmett lui aurait apporté son humour...Rien que d'y penser, j'étais peinée car je savais pertinemment que rien de tout cela ne se réaliserait, tout simplement, car j'étais liée éternellement aux Volturi.

    Il fallait que je pense à autre chose, je souffrais tellement mais en aucun cas je regrettai la décision que j'avais prise, il y a quatre ans. Je préférai vivre ainsi, savoir Edward en vie, sûrement m'avait - il oublié et avait trouvé l'amour, même si mon coeur se serra à cette pensée, je préférai le voir heureux que vivre dans un monde où il n'éxistait pas. J'avais bien été contente d'engager la conversation sur cette fameuse soirée, comme moi, elle se posait beaucoup de question, jamais Aro ne nous avait fait autant de cachoteries. J'avais fait sous entendre à Nessie que Aro désirerait très certainement qu'elle joue quelques morceaux de piano. Cette idée l'enjoua plus que tout et la connaissant je savais qu'elle était capable de répéter le plus qu'elle pouvait pour être au top, ce jour là. Elle confirma ma réflexion par ses dires.


    Je sais que tu seras à la hauteur...En tout cas tu feras tout pour. Je ne veux pas te mettre la pression mais il y aura des vampires des quatre coins du monde. Pour revenir à Aro, j'ai ma petite idée sur ce qu'il nous cache mais pour l'instant je préfère garder ça pour moi, au moins le temps d'en savoir plus et d'être sur. Et à ce moment là, je t'informerai.

    Il est clair que je n'allais pas m'amuser à lui dire que la famille de son père allait être présent à cette réception surtout que je n'étais pas certaine qu'ils auront le courage de venir surtout vue les derniers évènements. Je ne voulais pas faire une fausse joie à ma fille. Je savais qu'elle se posait énormément de questions sur son géniteur et sa famille et le simple fait de savoir qu'ils seront présent, elle s'en ferait toute une joie. Je préférai attendre la véracité de mes propos avant de l'avertir.

    Quand je m'étais mise à raconter l'histoire du collier, je jetai un bref coup d'oeil vers elle, elle avait l'air complètement subjugué, elle buvait mes paroles. Mais, la plus belle de ses réactions fut quand je lui autorisais à me poser des questions sur son père. Elle n'en revenait pas, elle qui avait tant espéré que un jour, je m'ouvre à elle et à chaque fois, je repoussai l'échéance, je pense qu'elle n'y croyait plus. Elle prit un temps de réflexion avant de se lancer, à mon avis, elle avait tant de question sans réponse qu'elle ne savait pas par où commencer. Après son moment de répit, ses interrogations fusèrent. Je ne pus m'empêcher de rire, ça faisait trop d'un seul coup. Je pris une grande inspiration et j'essayai de répondre le plus sincèrement possible.


    Alors comment j'ai rencontré ton père ? Tu te rappelles, je t'avais expliqué que lorsque j'avais dix-sept ans, ma mère s'était remariée avec un joueur de base-ball professionnel et qu'elle était malheureuse de ne pas pouvoir le suivre, j'avais donc décider d'aller vivre à Forks avec Charlie. C'est là - bas que je l'ai rencontré plus précisément au lycée. La première fois que je l'ai vu, je me rappelle très bien, c'était à l'heure du midi au réfectoire, je me dirigeai vers le self service lorsque j'ai entendu la voix d'Alice, j'avais eu l'occasion de faire sa connaissance quelques jours plus tôt à l'aéroport. Etant polie, je me suis dirigée vers elle pour la saluer, et c'est ainsi qu'elle m'a présenté ses frères et soeurs. Tout d'un coup, le comportement de ton père a changé de tout au tout, lui qui était si calme en une fraction de seconde, il était devenu crispé et il s'est enfuit. J'ai su bien plus tard que mon sang et ma flagrance l'attiraient. J'ai tout de suite remarquaient qu'ils étaient différents, à leurs façons de se déplacer, à leurs teints si pâles et leurs beautés, on aurait pu les prendre pour des mannequins posant dans des magazines. Mon doute a été renforcé lorsque Alice m'a conseillé de ne pas les fréquenter que c'était mieux pour moi. Pendant une semaine, ton père m'a complètement éviter, de toute façon, il ne venait plus au lycée. Puis un beau jour, il est réapparut en cours de biologie et bien évidemment, nous étions voisins de table, il a engagé la conversation. Nous avions sympathisé, plus je passai du temps avec, plus j'étais attirée, il a fallut que je me rende à l'évidence que j'étais tombée amoureuse. Pourtant, il a tout fait pour mettre de la distance entre nous et protéger au mieux son secret mais c'était sans compter mon entêtement et ma curiosité.

    Pendant ma narration, j'avais pris ma fille pour qu'elle s'assoit sur mes genoux. Je lui racontai comme si c'était une histoire. Dans ses prunelles, je voyais très bien qu'elle était ravie d'en apprendre un peu plus. Puis, elle me posa la question tant attendue : Qui était -il ? Je me pinçai l'arrête du nez et tout en la fixant, j'ajoutai :

    Edward...Edward Cullen. Un vampire végétarien.

    Voilà la bombe était lancée, elle savait maintenant qui était son père. J'avais tellement d'appréhension de lui dire et tout compte fait, je me sentais maintenant soulagée.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Dim 20 Déc - 16:37

Malgré les paroles de ma mère, j'avais du mal à imaginer des vampires se nourrissant de sang animal. Bien sûr j'en avais déjà entendu parlé, tout comme des Cullen, même si la plus part du temps, on évitait de parler d'eux en ma présence, sans doute par crainte que je ne pose trop de questions. Mais tout ça me paraissait si contre nature ! Après tout les lions mangeaient les gazelles, et personne ne pensait que le roi de la savane est un monstre, c'était tout simplement dans la nature de chose, et pour moi c'était pareil pour les vampires et les humains. Depuis la nuit des temps, l'histoire du monde se résume à cette histoire de proie et de prédateur alors pourquoi s'en vouloir à cause de notre nature? Et puis les humains mangeaient bien les animaux eux, alors c'était tout naturel que nous fassions pareil. Et puis franchement, rien que l'odeur des animaux ne me donnait pas envie d'y goûter, ça serait comme préférer la nourriture humain à leur sang, un vrai sacrilège à mes yeux. Bien sûr, je savais que ma mère n'appréciait pas notre façon de nous nourrir, sans doute aurait elle préféré être comme ces vampires végétariens, mais je ne pouvais m'empêcher de penser comme mon père adoptif, Aro. Ce n'était pas nous les monstres, mais eux ! Nous ne faisons que suivre notre nature, notre instinct, nous étions tel que nous avions été créer comme chacune des créatures de cette planète, et notre existence permettait de maintenir cet équilibre de la nature, un peu comme le renard qui empêche l'invasion de plaine par les lapins. Je sais qu'à m'entendre, on croirait presque que les vampires faisaient un travail d'intérêt public, mais pour moi c'était presque ça. Les humains se déchiraient, provoquant des guerres et faisant des massacres au nom de principe aussi stupide que la religion, alors que les vampires ne se battaient que pour la chose la plus essentielle à la vie, la nourriture. Pour moi, nous étions des Dieux parmi les fourmis, et quoi de plus naturel que de verser le sang pour des Dieux? Les humains le faisaient tout les jours au nom d'une entité qu'ils ne pouvaient même pas voir, et qui n'existait même pas, alors que nous, nous étions bien réel, avec nos pouvoirs et nos capacités nettement supérieurs.

Donc non je ne m'en voulais pas de me nourrir de sang humain lorsque Heidi revenait de son petit tour de Volterra, suivit par une horde de touristes. Leur instinct leur disait de fuir, mais ils n'ont pas écouté, ainsi les faibles étaient éliminés pour notre bon plaisir pendant que les autres poursuivaient leur vie que comme si de rien n'était. Depuis toujours les humains ont dénigrés les vampires, il n'y avait qu'à lire Dracula pour le comprendre, pourquoi aurions nous pris l'apparence d'une vulgaire chauve souris alors que nos visages d'anges nous permettaient de tout obtenir? C'était donc sans le moindre regret et sans la moindre émotion que je plantais mes crocs dans la carotide de mes victimes les jours de repas. Je me fichais de leur peur tout comme les humains se fichaient des sentiments des vaches qu'ils sacrifient pour leurs survis, nous sommes tous des animaux et leurs vies ne vaut pas plus que la notre ou que celle d'une vache. Et leur capacité à réfléchir ne leur accordait pas de passe droit, particulièrement parce qu'il gâchait leur capacité en continuant à agir comme des animaux, à s'étriper pour des choses aussi inutiles que leurs télévisions, leurs argents ou leurs voitures. Et malgré les paroles de ma mère, je n'arrivais pas à changer mon point de vue qui se trouvait très proche de celui de mon père adoptif, se qui était normal étant donné le temps que je passais avec lui. D'ailleurs lorsque ma mère me parlait d'humanité je fronçais les sourcils, me demandant quel intérêt d'avoir de l'humanité quand nous étions supérieur à ces petits steaks sur pattes, puis soudain l'évidence m'apparus. Ce dégoût pour notre façon de nous nourrir en disait long sur se que pensait ma mère de notre famille, et même de sa propre personne, pour elle nous n'étions rien d'autre que des monstres.


"Alors moi je suis un monstre parce que je me nourris de sang humain? Font ils plus de sentiments que nous lorsqu'ils tuent des veaux pour s'en nourrir juste pour le goût agréable de leur chair?"

J'avais les larmes aux yeux, me retenant de justesse de verser des perles humides sur mes joues, après tout une princesse ne pleurait pas et ne montrait pas de faiblesse particulièrement pour quelque chose d'aussi futile.

"Et imagine que tu aurais été moins bien attentionné comme humaine, ils auraient prit le risque de dévoiler notre existence et de mettre à la merci de la cruauté humain. Que crois tu que les humains me feraient si ils savaient qui je suis? Ils ne sont pas plus innocents que nous."

Je croisais les bras sur mon torse, retenant toujours mes larmes. J'étais réellement à fleur de peau lorsque l'on parlait de ma nature et celle de ma famille, je ne me voilais pas la face, pour les humains nous étions des monstres tout comme les loups en sont pour les moutons. Tout ça n'était qu'une simple histoire de proies et de prédateurs, je n'avais pas à me sentir coupable pour ça, et heureusement, les paroles de ma mère changèrent de sujet, m'apportant du réconfort et me changeant les idées. Par exemple lorsqu'elle me dit que je serais à la hauteur, une bouffée de bonheur et de fierté m'envahit, j'étais contente qu'elle soit sûre que je serais suffisamment douée pour impressionner l'assistance, et en plus elle me dit qu'elle me dirait se qu'elle avait derrière la tête dès qu'elle en serait sûre. Bien sûr ça ne m'empêcherait pas de mener ma propre enquête mais au moins j'avais un allié de choix pour cette recherche d'information.

"Promis?"

Puis vint l'histoire de la rencontre de mes deux parents. Certes j'avais déjà entendu une partie, mais jamais toute l'histoire, c'était sans doute trop dur à supporter pour ma mère, mais aujourd'hui elle semblait être prête à tout me dire. C'était donc religieusement que je l'écoutais, assise confortablement sur ses genoux. Je buvais chacun de ses mots, un peu comme si elle me lisait un roman pleins de suspense, mais là c'était bien pire, c'était de mes origines que l'on parlait alors mon impatience était sans faille même si j'essayais de ne rien laisser paraître. J'avais compris depuis longtemps que j'avais un lien avec ces vampires végétariens dont elle me parlait, ça se sentait, elle avait cette façon de parler d'eux avec beaucoup de tendresse même si elle essayait de ne rien laisser paraître et sa petite histoire me le confirmait, elle avait beaucoup de tendresse pour eux, cette même tendresse que j'avais pour les Volturi, la seule famille que je n'avais jamais connu. Mes prunelles chocolats fixées dans celle de ma mère, j'écoutais le moindre de ses mots jusqu'à se que la sentence finale tombe, j'étais la fille de l'un des Cullen, ces vampires si étranges dont personne n'acceptait de me parler. Tout devenait si évident, et même si ma surprise était de taille, j'essayais de ne pas me laisser dépasser par les événements, et cette question si naturel arriva à mes lèvres :

"Alors pourquoi il n'est pas avec nous?"


Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Bella Volturi
The Stupid Lamb
avatar

Nombre de messages : 2438
Age : 39
Localisation : Volterra
Date d'inscription : 22/11/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Quelle plus belle preuve d'amour que de se sacrifier pour celui qu'on aime

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Sam 2 Jan - 5:15

    Dire que je détestai ma condition de vampire serait mentir. Après tout je l'avais voulu et combien de fois, j'avais insisté auprès d'Edward pour qu'il me transforme, chose que ce dernier refusé tout bonnement. La seule chose qui me répugnait, chez les Volturi, c'était leur façon de s'alimenter, certains prenaient un malin plaisir à s'abreuver d'humains, la mienne n'était pas moins répugnante mais à la seule différence d'eux c'était que je ne percevais pas les cris perçants de mes proies puisqu'elles étaient déjà mortes. J'avais essayé de me nourrir de la manière que eux mais rien que de m'imaginer entrain de faire la même chose sur ma propre fille ou bien à celui ou celle qui m'avait donné la vie, c'était au dessus de mes forces. Mon raisonnement aurait sûrement été tout à fait différent si je n'avais fait la connaissance des Cullen. Pour moi, il n' y avait aucun doute, ceux que je considérais comme ma famille autrefois avaient gardé une part de leur humanité, ils avaient sans aucun doute une âme d'ailleurs j'en fis part à ma fille. Seulement, je n'avais pas pensé que mes paroles affecteraient autant ma fille, j'en pris conscience lorsque je l'entendis répliquer qu'elle était un monstre parce qu'elle se nourrissait de sang humain, ensuite je vis ses yeux s'embuer de larmes. Qu'avais - je fait ? Au grand jamais, je ne considérerais ma fille comme tel. Aussi vite, je l'étreignais et ensuite je mis mes mains de chaque côté de son visage, de mes pouces, j'attrapai le surplus de larmes qui étaient prêts à franchir la barrière.

    Oh mon bébé ! Excuses - moi ! Ne vas surtout pas croire que je te considère ainsi !

    Je me mordais la lèvre, si j'avais pu pleurer contrairement à ma fille je l'aurais fait. Elle était si dure envers elle même, elle était si jeune et pourtant le simple fait de pleurer était une façon de montrer ses faiblesses ce qu'elle détestait par dessus tout. Je m'en voulais énormément, elle devait être déçue par mes propos. Ensuite elle avança une thèse qui était tout à fait véridique, il est vrai que les Cullen avaient eu de la chance mais c'était surtout mon amour pour Edward qui avait fait que je n'avais jamais dévoilé leur secret. J'avais apprécié cette famille bien avant de savoir ce qu'ils étaient. Mais comme le précisé ma fille, si j'avais moins bien vigilante, les humains n'auraient fait aucun cadeaux face à cette découverte, ils auraient tenté de les exterminer, même s'il fallait se l'avouer qu'ils auraient quelques soucis face à notre races qui étaient supérieurs à la leur à tous les points de vue, nous étions tout simplement des monstres à leurs yeux. Rien que de m'imaginer qu'ils pourraient faire du mal à ma propre chair, ma gorge se noua car il ne fallait pas oublier que ma Nessie n'était que mi vampire et donc beaucoup plus faible que nous.

    Tant que je ferais partie de ce monde, personne ne te fera de mal. Je serai toujours là pour te protéger.

    C'était la seule chose que j'étais capable d'ajouter et tout en disant cela, je l'avais fixé intensément pour lui prouver la sincérité de mes mots. Il était tout à fait clair que je ne laisserai jamais quiconque faire du mal à la prunelle de mes yeux, aujourd'hui, elle était ce qui m'étais le plus cher. J'étais bien heureuse lorsque nous avions dévié la conversation sur ce fameux bal, au moins je ne devais plus supporter la tristesse de ma fille et bien vite, son visage s'éblouissait. Elle voulait que je lui promette de lui en dire plus sur ce que cachait Aro et il n'y avait aucun doute la dessus, très prochainement, je lui ferais part de ce qu'il en était, j'attendais juste d'être certaine de ce que j'allais avancer. Après les derniers évènements, les Cullen étaient en droit de refuser l'invitation même si toutefois celle - ci se révélait être un affront aux yeux des Volturi.

    Quand il était venu le temps pour moi de lui parler de son père, elle m'écoutait tellement attentivement, c'était comme si elle buvait mes paroles. Je lui avais enfin dit qui était son père, j'aurais pensé qu'elle aurait été étonnée et en fait c'était comme si elle s'y attendait, j'avais tellement fait d'éloge sur les vampires végétariens que c'était sûrement une évidence pour elle. Tout naturellement, elle me demanda les raisons de sa non présence parmi nous.


    C'est trop compliqué ! Disons que nous n'étions plus ensemble à ce moment là.

    Même si j'avais été capable de lui donner l'identité de son père biologique et que je me sentais mieux depuis, je n'étais pas encore en mesure de lui narrer la suite. Tout en déposant, un baiser sur son front, je la reposais délicatement sur le banc en pierre, je me levai et prétextai un besoin de me dégourdir.



Revenir en haut Aller en bas
http://twilight-for-eternit.forumactif.com
Renesmée Volturi

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 28
Date d'inscription : 12/11/2009

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   Sam 2 Jan - 14:19

N'ayant pas le moindre contact avec les humains, si ce n'était ceux qui travaillaient pour nous et ceux que je croisais dans la rue, je ne pouvais pas comprendre le point de vue de ma mère, je m'en rendais parfaitement compte, comment pourrais je imaginer mordre l'un de mes parents alors qu'ils étaient tous les deux des vampires? Quant à une progéniture, je ne pouvais même pas imaginer une seule seconde ce qu'être parent représentait réellement, je ne pouvais pas réellement comprendre ce lien. Bien sûr, si quelqu'un essayait de faire du mal à ma mère, je ne laisserais pas faire, me dévouant corps et âme pour sauver celle que j'aimais plus que tout, mais c'était différent ! De toute façon les humains devaient mourir un jour ou l'autre, alors pour moi, autant que se soit en faisait partit de la chaîne alimentaire, surtout qu'en soit on les maltraitait moins que se qu'ils faisaient aux animaux qui leurs servaient de nourriture. Il n'y avait pas d'élevage en batterie d'humains, non nous ne prélevions que se dont nous avions besoin pour survivre, se qui pour moi était un comportement tout se qu'il y avait de plus civilisé. Bien sûr les humains ne seraient pas d'accord avec mon raisonnement, comme tout animal face à son prédateur dans la chaîne alimentaire. Ma mère prit aussitôt mon visage entre ses mains fraîches, après m'avoir serré dans ses bras. Je ne m'étais pas fait prier, car cette fois j'avais grand besoin de son réconfort et les quelques secondes d'étreintes me ragaillardirent et chassèrent cette envie de pleurer bien que quelques larmes restèrent en suspend au coin de mon oeil. Mais ma mère, d'un geste des pouces les chassa définitivement de mes yeux. Je poussais un profond soupire avant de trouver le courage de répondre, je savais que pour ma mère j'étais l'exception, parce que j'étais sa fille et qu'elle me pardonnerait tout simplement parce qu'à ses yeux j'étais parfaite, mais je savais que c'était faux, et que si elle ne le pensait pas de moi, c'était simplement parce que j'étais son sang.

"Je sais mais..."

Me pinçant les lèvres, je n'arrivais pas à terminer ma phrase, et sentant mes yeux me piquer, indiquant une montée de mes larmes, je préférais tout bonnement éviter le sujet, après tout une princesse n'avait pas à montrer ses faiblesses, y compris en privé. Oui j'étais dure avec moi même, mais c'était pour être à la hauteur de tout ceux qui m'entouraient. Même si elle ne s'en rendait pas forcément compte, ma mère était tout aussi dur avec elle même, jamais elle ne montrait ses souffrances et ses faiblesses, je voulais être comme elle, aussi forte, mais je n'y arrivais pas du moins pas aussi bien qu'elle. Et lorsqu'elle me rassura en me disant que personne ne me ferait de mal et qu'elle serait toujours là pour me protéger, un petit sourire envahit mon visage. Tout ça, je le savais déjà, et je savais aussi que Aro ne permettrait pas non plus qu'on me fasse du mal, mais je n'étais pas aussi forte qu'eux, ma peau était moins dur que la leur, et un coeur battait dans ma poitrine, se qui était pour moi un signe évident de faiblesse.

"Nous sommes une famille, on se protégera mutuellement maman."

J'avais hésitez plusieurs secondes avant de prononcer ces mots, me rendant bien compte que j'aurais bien du mal à protéger ma mère même si je le souhaitais ardemment. Je n'avais pas la force des vampires, et même si j'étais supérieure aux humains, eux étaient lâches et jamais ils ne m'attaqueraient à mains nues. Mais pour le moment nous n'avions pas besoin de penser à cela, notre secret était préservé, et les humains ne représentaient pour nous pas le moindre danger, ils ne se doutaient même pas une seconde de notre existence.

Malgré l'enthousiasme que m'avait provoqué l'annonce du bal et d'un jour prochain, d'une virée avec ma mère pour faire les magasins afin de nous trouver de merveilleuses tenues, je ne pouvais cacher mon désarrois face à la réponse de ma mère. C'était trop compliqué... Oui ou plutôt elle ne voulait pas en parler, mais je respectais ça, n'insistant pas trop malgré les nombreuses, trop nombreuses, question qui me trottaient dans la tête. Je savais que mon père biologique lui manquait, mais je ne pouvais m'expliquer le fait que nous soyons ici plutôt qu'avec lui, je me demandais bien se qui avait pu le pousser à nous abandonner, et j'aurais sans doute une réponse, mais ça ne serait pas aujourd'hui. Il me faudrait encore patienter, mais si elle m'avait aujourd'hui révélé l'identité de mon père, ça ne faisait aucun doute qu'un jour je connaîtrais toute l'histoire, il me faudrait juste faire preuve de patience. Ma mère me reposa doucement sur le banc et se levait, moi même je devrais bientôt rejoindre la salle de musique pour prendre mon cours de piano journalier, aussi je me levais et déposais un baiser sur la joue de ma mère.


"Je vais aller m'entraîner au piano avant l'arrivée de mon professeur, comme ça ce soir avant la lecture je pourrais te montrer mes progrès. Je t'aime."


Revenir en haut Aller en bas
http://laguerredelanneau.1fr1.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une après midi au soleil (Bella) [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une après midi au soleil (Bella) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight For Eternity :: Rp Renesmée Volturi -