Twilight For Eternity
Bienvenue sur le Forum Twilight For Eternity.
Le forum a réouvert ses portes depuis le 09/11.
Nous recherchons Démetri et Felix Volturi, des modificateurs ainsi que le clan Donovan


RPG sur la saga Twilight
 
AccueilAccueil  TwilightTwilight  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture définitive du forum.
Pour les +18 ans, vous pouvez nous retrouver sur notre nouveau forum : http://nemesis.creer-forums.fr/forum

Partagez  | 
 

 Home sweet home....[Les Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Edward Cullen
The Masochist Lion
avatar

Nombre de messages : 1166
Age : 32
Date d'inscription : 22/12/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Ma vie était un minuit éternel et immuable. Pour moi, c'était inévitable, il sera toujours minuit. Alors comment était-il possible que le soleil se lève, là maintenant, au milieu de ce minuit ?

MessageSujet: Home sweet home....[Les Cullen]   Mar 21 Sep - 13:49


La maison...je n'arrivais toujours pas à considérer cette demeure comme ma maison, non, ma demeure était resté pour ma part à Forks, je savais que je ne pourrais y remettre les pieds sans nous mettre en danger, nous aurions déjà dût changer d'apparence et aucun d'entre nous n'avait vieillit, le doute s'immiscerait dans les esprit des habitants, de plus.....j'étais presque sûr que les Quileute ne nous accueillerait pas les bras ouvert, Jacob, Billy, Sam et même Charlie devait m'attendre de pied ferme pour me reprocher la fuite de Bella, Charlie qui avait perdu sa fille par ma faute. Je l'avais apprécié pourtant, respecté et même envié la place particulière qu'il avait occupé dans la vie de Bella, lui ne l'avait pas fait souffrir par égoïsme, par stupidité, lui ne l'avait pas abandonné lâchement. J'étais presque certain qu'il était toujours à sa recherche, je ne sais comment il a pu tenir ces dernières années, errant comme un fantôme dan sa maison, aux dernières nouvelles, il était en arrêt, incapable d'assurer sa fonction de représentant de l'ordre, tant la douleur de perdre sa fille la détruit. Je ne peux que comprendre ce qu'il éprouve, je me promettais alors d'y faire un saut, prudemment, ne pas trop m'approcher de Forks, mais j'étais certain, du moins je l'espérais, que son esprit souffrirait tellement qu'il serait inconcevable pour moi de ne pas lire en lui à quelques kilomètres de sa maison. Je voudrais tenter d'apaiser son âme, mais comment faire quand moi même je n'arrivais plus à supporter la douleur que mon coeur et mon corps subissait chaque jour, chaque heure, chaque minutes et chaque secondes de ma présence sur terre. Je ne supportais plus mon propre reflet dans quelque objet qui soit, même une flaque avait réussit à me faire sortir une plainte douloureuse de mes lèvres.

Je franchissais le seuil de la porte, ils était tous présent, Jasper tenta de m'apaiser, je n'étais plus en colère non, j'étais juste, détruit.....des morceaux, éparpillés, perdus en enfer. être en présence était douloureuse tout autant pour lui que pour les autres, mon regard parlait pour moi, j'avais depuis longtemps arrêté de feindre que je m'en sortirais. L'avantage de cette demeure, c'était qu'elle possédait un sous-sol insonorisé, aux murs épais, très épais, même nous avions du mal à pouvoir percevoir le moindre bruit ce qu'il pouvait s'y passait, seulement des vibrations en ressortais. Ne daignant pas les salué ou leur adressé un quelconque regard, je me dirigeais vers mon prochain sanctuaire pour les années à venir, qui sait qu'à force je finirais par me transformer en statue desséché, la poussière prendrait place sur moi et bientôt la moisissure m'envahirait pour faire de moi une étrange chose, possédé par la nature qui reprendrait ses droit, Alice connaissait ma décision et mon vœu de rester seul à jamais. J'espérais que pour une fois, ils m'écouterait et accepterais mon isolement. J'avais beau les aimer.....sans l'amour de Bella, plus rien n'avait de sens. Et ma Bella était bel et bien morte, laissant place à un monstre horrible, j'avais cru percevoir chez elle une once de ma Bella, mais bien vite tout à dérapé et l'atrocité est revenue dans la pièce.


¤Quelle douce torture serait de sentir la chaleur de tes lèvres à nouveau¤
Revenir en haut Aller en bas
Jasper Hale

avatar

Nombre de messages : 258
Age : 35
Date d'inscription : 30/03/2010

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Home sweet home....[Les Cullen]   Sam 2 Oct - 3:58

Triste réalité que voilà.
L’Alaska. Si je m’y plais, ce n’est pas le cas de tout le monde… et mon empathie m’empêche de profiter convenablement de cet isolement, de ce sentiment de bien être. Attention je ne blâme personne. J’ai moi-même été décontenancé par notre séjour à Volterra. Si ma moitié y a revu son amie et la fille de cette dernière, moi je n’ai vu que désolation, tristesse et chaos. J’ai senti et tenté de soutenir au mieux mon frère face à des révélations qui n’avaient rien d’agréables surprises.
Les Volturi, la famille royale… Groupuscule pathétique à la tête de membres aux talents surpassant le commun des mortels. Beaucoup sont des moutons pensant avoir trouvés des bergers bienveillants, dignes de ce nom et de confiance. La vérité est toute autre… Ils appliquent les lois à leur façon n’hésitant pas à les réinterpréter pour mieux parvenir à leur fin. Ils n’ont ni honneur ni respect pour leurs semblables. Leur nombre les rassure et plus leurs rangs se renforcent, plus ils s’imaginent intouchables. Pourtant leur attitude révèle encore et toujours une inquiétude face à notre famille. Les Cullen restent une épine dans leur pied… 7 vampires, dont 3 possédant des dons. Ils aimeraient que ma moitié et Ed les rejoignent, ils ne s’en cachent pas. Peut-être s’attendaient-ils à ce que notre frère se résigne et quitte sa famille pour rejoindre Bella, mais ils ne peuvent se réjouir que du néant qu’ils ont creusé en lui.

Nous sommes partis et avons laissé une part de nous-mêmes.
Bien sûr, je ne nierai pas, je ne fais pas partie des plus affectés. Rose et moi sommes sans doute ceux qui passent pour des sans-cœur. Carlisle et Esmée sont toujours aussi prévenant, Emmett a toujours affectionné Bella, quant à Alice et Edward… Pourtant, je persiste en disant « Nous » avons laissé une part de nous-mêmes, car chacun à sa façon, nous vivons ça à la fois comme un échec et comme une perte.


Avant même que la porte ne s’ouvre, les cris d’agonies poussés par la peine d’Edward me préviennent de son retour. J’utilise presque malgré moi mon don sur lui. Non pour violer son intimité ou entraver son deuil mais par amour pour lui. Le voir dans cet état nous bouleverse et nous tentons à notre niveau d’agir. Je ne suis pas de ceux qui parlent sans cesse pour changer les idées. Je n’ai pas des idées délirantes pour occuper l’esprit. Je ne peux être guère plus qu’une oreille attentive, une épaule solide et un maigre conseiller… pourvu d’un pouvoir d’empathie.
Si je romps le silence, ça ne sera pas pour éviter le sujet. Je suis quelqu’un qui affronte les problèmes sans les éviter. J’ai toujours été comme ça, même de mon vivant. Si je peux comprendre qu’on aime enterrer un sujet douloureux sans jamais n’y revenir, je ne cautionne pas cette méthode. Avoir peur de mots ou de sentiments est totalement absurde. Edward n’est pas absurde, il est amoureux et anéanti.
J’imagine sans peine qu’il préfèrerait s’entretenir avec Carlisle pour sa sagesse ou Esmée pour sa compréhension, mais lorsqu’il se dirige vers le sous-sol, c’est moi qui le suis.
Qu’il se montre direct et précise – une nouvelle fois – son souhait de solitude, je m’y attends.
Qu’il soit discourtois ou brute face à l’insistance que nous montrons à son égard, je ferai avec.
Mais rester sans rien faire et rester muet, attendant patiemment que son âme s’éteigne pour devenir aussi noir que nos yeux lorsque la faim nous taraude, ça jamais. Edward a toujours eu le statut du grand frère, peut-être est-il temps que les rôles s’inversent. Quoiqu’il en soit, je suis là pour lui, comme il a été là pour moi.

*Inutile de contester… je t’accompagne quelques instants.* Pensais-je afin de lui éviter quelconque manifestation de son désaccord quand à mes pas suivant les siens.

J’ignore si quelqu’un d’autre va nous suivre, ce n’est pas moi le télépathe de la famille. Mais pour ne pas qu’il se sente oppressé, je m’y rends seul… pour commencer.

Nous ne sommes pas les plus loquaces… mais j’aimerai avoir ton ressenti sur ce séjour, par des mots et non par tes émotions Edward, s’il te plait.

Je connais ses sentiments et devine ses envies.
Concernant la cause… j’en connais la forme, mais qu’en est-il du fond ? Bella et Renesmée y sont mêlées, c’est une évidence. Mais à quel degré, en quoi exactement ? Si sa colère n’est pas passée inaperçue, je ne l’ai jamais questionné. Non par gêne ou par manque d’intérêt, plus par acquis de conscience et compréhension. Je le laissais gérer à sa façon et j’estime avoir été patient.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Cullen
The Masochist Lion
avatar

Nombre de messages : 1166
Age : 32
Date d'inscription : 22/12/2008

About me
Dispo pour des rp ?:
Relations:
Citation: Ma vie était un minuit éternel et immuable. Pour moi, c'était inévitable, il sera toujours minuit. Alors comment était-il possible que le soleil se lève, là maintenant, au milieu de ce minuit ?

MessageSujet: Re: Home sweet home....[Les Cullen]   Mar 2 Nov - 17:54

    Jasper, je sentais et entendais ses pensées m'anvahir, il ne me laisserait pas tranquille, déjà à l'époque quand je me sentais désemparé face à ses sentiments naissant envers Bella, il avait été là pour moi.....à sa façon certe mais présent.

    *Inutile de contester… je t’accompagne quelques instants.*

    Je grognai à moins que cela ressemblait plus à un gémissement sortant de ma poitrine. Si Emmett m'avait entendu, il aurait certainement penser avec humour que je devenais une véritable gonzesse pour tenter de me faire réagir.
    Je soufflai alors fortement, serrant les poings, la douleur dans ma poitrine était horrible, me compressant de l'intérieur, la soif était bien plus supportable même après des semaines d'abstinence.


    -Nous ne sommes pas les plus loquaces… mais j’aimerai avoir ton ressenti sur ce séjour, par des mots et non par tes émotions Edward, s’il te plait.

    -Que veux-tu que je te dise Jazz, tu sais dans quel enfer je suis. Que dis-je, l'enfer est certainement plus reposant et tranquille, oui...brûle moi ça ira plus vite, quoi que non je ne voudrais pas que tu te sente coupable ou que les autres te le fasse regretter. J'aurais dûs provoquer les Volturi en Italie....ou bien accepter me me rallier à eux.

    Je savais que cela impliquait détruire ma famille et après tout les sacrifices et l'enseignement de Carlisle mon père, je n'en avais pas le courage, cela aurait été plus simple cependant, mon amour avec Bella, ma paternité évidente, ma "famille"?

    -Je me sens tellement mal, si j'écoutais mon coeur saignant, je me précipiterais à Volterra pour me mettre à genoux devant Bella, la suplier de me reprendre. Mais je suis bien trop fier et orgeuilleux pour me rallier à eux, je n'oserais cracher sur tout ce que m'a appris Carlisle. Comment a t'elle pu? Comment a t'elle pu me faire ça? A moi? Me cacher sa grossesse? L'élever selon les précepte des Volturi! Et ce qui me fait le plus mal, considérer Aro comme son père...je me sens trompé, baffoué, trahi!

    Sans me préoccupper de mon confort, je me laissais tomber au sol, mes propres mots me clouant au sol, je n'arrivais plus à supporter cela. La vie sans elle, endurer chaque jour loin d'elle, je n'étais plus que l'ombre de moi même, seule cette soirée m'avait redonner un peu d'énergie, vitalité bien vite transformé en colère. Allais-je survivre grâce à ce sentiment? La haine, la colère, le dégoût, la déception, le dénigrement.

    -Je suis tellement en colère contre elle, contre Aro, contre l'univers en entier, je n'ai qu'une envie m'arracher la tête pour ne plus avoir à ressentir de l'amour pour elle. Et pourtant je sais que je l'aimerai à jamais...mais Jazz je sais que je vais regretter ce que je vais te dire, mais je nourris un sentiment de haine à son égard, depuis le bal....

    Je me laissais à imaginer les futures années avec cette haine, mes proches m'en voudrait certainement, mais qui puis-je, que pouvais-je faire d'autre que la détester pour arreter de me détruire intérieurement.


¤Quelle douce torture serait de sentir la chaleur de tes lèvres à nouveau¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home sweet home....[Les Cullen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Home sweet home....[Les Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight For Eternity :: EXTERIEURS :: L'Alaska :: The Cullen's House -